in

A la KBR, la rentrée de James Ensor à Bruxelles


Présentée dans les lieux où il exposa avec les XX, « James Ensor. Inspired by Brussels » retrace la relation particulière entre Ensor l’Ostendais et la capitale.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au pôle Culture


Temps de lecture: 2 min

e surréalisme un jour, James Ensor le lendemain : en ce début d’année, les expositions alléchantes se multiplient à Bruxelles. Lorsqu’on évoque la figure d’Ensor, dont on célèbre cette année le 75e anniversaire de la disparition, on y rattache inévitablement Ostende, sa ville natale. Pourtant, si le jeune homme fit ses premiers pas dans le dessin à l’académie locale, il n’y resta qu’un an, débarquant en octobre 1877 à Bruxelles, à l’âge de 17 ans. Son but : intégrer la prestigieuse Académie royale des Beaux-Arts. Il y restera trois ans, côtoyant d’autres jeunes apprentis tels que Fernand Khnopff, Willy Finch ou Théo van Rysselberghe qui, tous, feront partie quelques années plus tard du fameux groupe des XX qui va chambouler la vision de l’art en Belgique.



Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l’information nationale et internationale vérifiée et décryptée
1€/semaine pendant 4 semaines (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique (PDF)
  • Un confort de lecture avec publicité limitée







Source link

What do you think?

Written by elitebrussels

Face aux cambriolages, une commune bruxelloise se dote de caméras

des plats gastronomiques de chefs étoilés à 10€