in

Drame de Lodelinsart: les gilets pare-balles utilisés par les unités spéciales auraient dû être remplacés en 2018



Le matériel utilisé semblait toutefois adéquat pour une opération de cette envergure, étant donné que la validité des gilets pare-balles “est de minimum dix ans”. “Les évaluations réalisées au sein du département balistique de l’école royale militaire ont confirmé que la garantie constructeur pouvait aller au-delà de dix ans. Ce que les membres des unités spéciales portaient sur le dos ne semblait donc pas inapproprié en termes de protection”, explique Eddy Quaino, permanent CGSP-Police.

La question du matériel utilisé pose toutefois question lorsqu’on apprend que les plaques de protection avant et arrière du gilet pare-balles de Jonathan Savet, le policier tué, ne présentaient aucun impact de balle. Il semblerait, selon nos informations, que la balle soit rentrée latéralement. Pourquoi, dès lors, ne pas avoir doté les membres des unités spéciales de gilets pare-balles munis de protections additionnelles sur les flancs comme cela se fait du côté du GIGN en France ?

Le forcené de Lodelinsart n’a pas tiré au hasard sur les policiers

“Bien que la plupart des sections de police fournissent des gilets de protection à leurs agents, ils ne sont souvent pas neufs et ont pu être portés par plusieurs de leurs prédécesseurs, ce qui peut compromettre leur efficacité en termes de protection”, peut-on lire sur le site de l’entreprise Safeguard Clothing, spécialisé en gilets pare-balles. “Porter un gilet de protection déjà porté par le passé empêche de savoir dans quel état il est réellement, et s’il est toujours aussi fonctionnel qu’à ses débuts. Cela signifie qu’il est impossible de savoir si le précédent utilisateur a bien pris soin de son matériel de protection. Etant donné qu’un gilet de protection a une durée de vie d’environ 5 ans (avec un entretien adéquat), il est impératif de savoir quel âge le matériel a et s’il a été bien entretenu, afin de pouvoir déterminer s’il peut protéger des balles correctement.”

La qualité des gilets pare-balles n’est toutefois pas à remettre en cause selon Vincent Gille, président national du SLFP Police. “Ces gilets ont été achetés sur les recommandations du manufacturier en répondant à des normes très précises. Ce n’est pas parce que la durée de validité est expirée qu’il faut les jeter à la poubelle. Ils pouvaient visiblement encore être utiles”, explique-t-il.

Les gilets pare-balles utilisés par les forces de l’ordre sont par ailleurs différents de ceux portés par les policiers dans l’espace public. “Les membres des unités spéciales doivent pouvoir sauter d’un hélicoptère par descente de câble sur une toiture ce qui nécessite d’avoir un gilet pare-balles adapté aux missions à réaliser sans risque de blessure dû à la rigidité du matériel”, ajoute Vincent Gille.

Un cadastre du matériel

Suite à la réunion de ce mercredi, il a été décidé de créer un cadastre du matériel dont disposent les membres des unités spéciales pour voir si ce matériel est encore adéquat notamment au niveau de sa garantie de protection.

Enfin, il a été décidé d’organiser une minute de silence dans tous les commissariats des zones locales ce jeudi à midi. Un hommage national sera rendu ce samedi en présence du Roi. Tous les frais des funérailles, des hospitalisations et des prises en charges psychosociales seront intégralement couverts.



Source link

What do you think?

Written by elitebrussels

Grand Prix automobile de Belgique 2022 | F1 Spa-Francorchamps

Bruno Mars endetté jusqu’au cou : le casino met les choses au point