in

Meta dévoile ses chatbots personnalisés


Le patron de Meta, Mark Zuckerberg, lors de la conférence Connect, le 27 septembre 2023, à Menlo Park, en Californie.

A l’occasion de la première édition en présentiel depuis 2019 du Connect – son événement annuel pour les développeurs –, Meta a présenté, mercredi 27 septembre, ses dernières innovations : des chatbots personnalisés et de nouveaux appareils de réalité augmentée et virtuelle.

Le patron du groupe, Mark Zuckerberg, a dévoilé Meta AI, un chatbot généraliste, mais aussi vingt-huit personnages virtuels, dont Becca, maman dévouée à son toutou ou Max, sous-chef expérimenté, créés pour interagir avec les utilisateurs. Ils auront leurs propres profils sur Facebook et Instagram, devraient être dotés d’une voix d’ici à l’année prochaine, et certains sont incarnés par des célébrités, comme Paris Hilton (Amber, détective experte en qui a fait quoi) ou la star de YouTube MrBeast (Zach, le grand frère qui se moque gentiment de vous).

Meta était très attendu du côté de l’intelligence artificielle (IA) générative, qui permet de produire toutes sortes de contenus (textes, images, sons, code…) sur simple requête en langage courant. Ses voisins et concurrents, OpenAI, Google et Microsoft en tête, sont lancés dans une course effrénée au déploiement de ce type d’outils, avec des chatbots et autres outils d’aide à la création intégrés dans leurs services et logiciels en ligne.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés IA : Meta met la pression sur OpenAI et Google avec un modèle open source

Mais, après l’échec, en novembre, du lancement de Galactica (un modèle de langage de Meta, spécialisé dans la recherche scientifique), le groupe a changé de tactique. Il a mis l’accent sur l’ouverture en open source (accès libre au code de programmation) de son modèle de langage Llama 2 pour les chercheurs et développeurs, et sur les cas d’usages pour les utilisateurs de ses produits.

Des IA « un peu plus amusantes » mais « encore très limitées »

« Les nouveaux chatbots de Meta vont avoir de nombreuses fonctions, notamment comme outils de recherche spécialisés », a commenté Yory Wurmser, un analyste d’Insider Intelligence.

« C’est notre première tentative de former des IA qui soient un peu plus amusantes », a déclaré Mark Zuckerberg. « C’est le début, elles sont encore très limitées », a-t-il ajouté, précisant qu’elles n’ont pour l’instant pas accès à Internet en temps réel, contrairement à Meta AI.

L’entreprise a aussi mis en avant son programme de création automatisée d’images, Emu, qui va notamment permettre aux utilisateurs de générer facilement des images sur ses différentes plateformes et messageries.

L’IA générative prend aussi de plus en plus de place dans les réalités virtuelle et augmentée. Elle va ainsi permettre de faire des requêtes vocales plus complexes aux lunettes connectées de Meta et Ray-Ban, dont le nouveau modèle va être commercialisé à partir de 300 dollars (285 euros environ) cet automne. « Hey, Meta, écris-moi une légende marrante pour Instagram sur mon chat Adobo qui fait de l’exercice », a ainsi demandé Li-Chen Miller, vice-présidente de la société, lors d’une démonstration où elle filmait son chat grâce à la caméra intégrée aux lunettes.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Naila Murray (Meta) : « Les IA ne peuvent pas encore raisonner et planifier »

Pique contre Apple

Le groupe américain a, en outre, donné des précisions techniques sur le Quest 3, son nouveau casque de réalité mixte déjà présenté en juin. Il va être vendu à partir 500 dollars, pour une livraison à partir du 10 octobre. Le Quest 3 « va avoir le meilleur rapport qualité/prix du marché pendant un bon moment », a lancé Andrew Bosworth, directeur technologique de Meta, sous les rires du public à Menlo Park, le siège du groupe dans la Silicon Valley. Les développeurs, analystes et journalistes y ont reconnu une pique contre Apple, qui a présenté en juin son premier casque de réalité mixte (virtuelle et augmentée), baptisé « Vision Pro ». Celui-ci sera commercialisé à partir de 3 500 dollars en début d’année 2024.

Le Monde

Offre spéciale étudiants et enseignants

Accédez à tous nos contenus en illimité à partir de 8,99 euros par mois au lieu de 10,99 euros

S’abonner

Avec ses nouveaux appareils qui permettent de réaliser des expériences virtuelles sans se couper du réel, Meta espère encourager plus de développeurs à créer des applications dans le métavers, et plus de consommateurs à découvrir ces univers parallèles.

« Nous ne sommes pas concentrés sur les revenus à ce stade, a fait savoir Chris Cox. Nous voulons surtout construire un écosystème dynamique. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Apple et Facebook, une compétition tout sauf virtuelle

A la fin de 2021, pendant la pandémie, Facebook est devenu Meta dans l’idée de devenir une entreprise du métavers, décrit par Mark Zuckerberg comme l’avenir d’Internet, après le Web et le mobile. Mais la route vers les réalités augmentée et virtuelle est semée d’embûches. Le groupe californien a traversé une année 2022 difficile, marquée par la première baisse de ses recettes publicitaires depuis son entrée en Bourse, en 2012. Et Facebook a perdu des utilisateurs, avant d’en regagner.

L’entreprise, qui n’avait jamais lancé de plan social en vingt ans d’existence, a congédié 11 000 personnes en novembre (13 % des effectifs) et 10 000 en mars. Dans ce contexte, de nombreux investisseurs et analystes voient d’un mauvais œil les dépenses pour construire des mondes virtuels. Reality Labs, la branche chargée de développer les appareils et applications pour le métavers, a perdu 13,7 milliards de dollars en 2022, et Meta prévoit une addition encore salée en 2023.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle : « Qui, de l’humain ou de la machine, est le plus fort ? »

Le Monde avec AFP



Source link

What do you think?

Written by elitebrussels

🥇 Location bus avec Chauffeur Bruxelles

Bruce Springsteen reporte tous ses concerts de 2023 à 2024 en raison d’un problème de santé