in

Qui est Juan Merchan, le juge qui préside le procès pénal de Donald Trump ?



Il démarre sa carrière juridique en 1994 en tant que procureur adjoint dans la division de première instance du bureau du procureur du district de Manhattan. Plus tard, il devient membre du bureau du procureur général de l’État. En 2006, Juan Merchan est nommé au tribunal de la famille du Bronx par le maire de New York, Michael Bloomberg (républicain, NdlR). Trois ans plus tard, il est nommé à la Cour des réclamations de l’État de New York par David Paterson (démocrate, NdlR). Au même moment, il devient juge intérimaire à la Cour suprême de New York.

“C’est de la persécution politique” : le premier procès pénal de Donald Trump démarre à New York

Aujourd’hui âgé d’une soixantaine d’années, le juge Juan Merchan est reconnu pour son expertise. L’avocat Nicholas Gravante a déjà plaidé devant lui alors qu’il défendait Allen Weisselberg, qui était directeur financier pour la Trump Organization et a été condamné à 5 mois de prison. “Le juge Merchan a été efficace, pratique et a écouté attentivement ce que j’avais à dire”, déclare l’avocat. “Il était toujours très bien préparé, accessible et […] un homme de parole. Il nous traitait, mes collègues et moi, avec le plus grand respect, dans le tribunal où derrière des portes closes”, ajoute-t-il. Les observateurs le décrivent comme “dur” mais “juste”.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump et le juge Merchan seront réunis dans un tribunal puisque ce dernier a déjà présidé le procès pour fraude fiscale de la Trump Organization. Le magistrat s’est d’ailleurs déjà attiré les remarques du républicain, qui l’accuse d’être un “haineux certifié de Trump” et remet en question son impartialité.

Stormy Daniels, l’actrice porno aujourd’hui vedette d’un procès inédit à New York

L’ancien président a également pointé du doigt la fille du juge qui a des liens avec le parti démocrate. Trump a ainsi affirmé qu’elle était cadre supérieure dans “une entreprise super-libérale-démocrate”. Donald Trump affirme également que le juge Merchan a statué contre lui “parce que sa fille gagne de l’argent en travaillant pour ‘avoir Trump’ (‘Get Trump’)”. L’ancien président avait demandé au juge de se retirer de l’affaire à cause du travail de sa fille. Une demande refusée, que le juge Merchan avait justifiée en affirmant avoir “examiné sa conscience et est certain de sa capacité à être juste et impartial”. Il s’était également référé au comité des affaires éthiques de l’État de New York, qui a conclu que l’impartialité du juge ne pouvait pas “être raisonnablement remise en question sur la simple base des activités professionnelles ou politiques de ses proches”.



Source link

What do you think?

Written by elitebrussels

Dîner avec des inconnus ? Cette nouvelle méthode de rencontres qui fait fureur à Bruxelles

Salles de ventes : en avril, les objets d’art défilent